Notre historique chez Roulottes Prolite


Qui sommes-nous?

Roulottes Prolite est d'abord l’histoire d’un passionné, Martin James. Un jeune homme rêveur, visionnaire, positif et ambitieux qui suivit les traces de son père (représentant de véhicule récréatif) dès sa tendre enfance. Les roulottes n’ont jamais eu de secrets pour lui.

« J'ai l'impression de me faire plaisir à chaque jour tellement je suis à l'aise dans mon atelier. »

Ça n'a pas été facile de lancer l'entreprise.
Martin était convaincu du besoin de caravanes légères et bien construites pour le marché québécois.

« Cependant, structurer une compagnie et la faire progresser demandait un support technique que j'ai obtenu du CLD de ma région à l’époque. »

Comme Henry Ford, qui avait construit sa première voiture dans son garage, Martin s'installe au printemps 2000 dans le garage résidentiel et monte de toute pièce sa première Roulotte; la Polaira. Elle occupe tout l'espace, au point qu'il doit la faire glisser dehors avant de la soulever pour poser les roues.

Il se rend ensuite chez un concessionnaire de roulotte où il fait une présentation de son produit au personnel. Le propriétaire de la concession avouera avoir été très sceptique avant de voir cette première unité. Pourtant, au premier coup d'œil, il constate la qualité du produit et déclare à Monsieur James qu'il devra laisser la Polaira dans la cour de la concession. Martin quittera avec une première commande de plusieurs unités.
Roulottes Prolite débutait son histoire.

Des locaux plus spacieux

Quittant le garage de la maison familiale, Martin emménage sa production dans un petit atelier qui deviendra lui aussi trop exigu au bout d'un an seulement.
Par la suite, il s’établi dans des locaux plus spacieux du parc industriel de Saint-Eustache.

« Nous pourrons produire environ une centaine d'unités par année dans l'usine de fabrication actuelle et j'envisage de doubler la surface en 2005, si tout va bien. »

Petit à petit, Prolite fait sa niche et produit régulièrement deux unités par semaine.
En 2007, il quitte la ville de Saint-Eustache pour louer un bâtiment commercial de 20,000 pieds carrés dans la ville de Saint-Jérôme.
Son parcours est semé d’embûches.
En 2008, une importante récession fait rage aux États-Unis et plusieurs compagnies avec qui il fait affaires ne peuvent plus l’approvisionner. Il ne peut se tourner vers d’autres compagnies Canadiennes puisque personne ne produit les équipements ou les appareils convoités. Cela l’oblige à fermer temporairement ses portes et mettre à pieds sa vingtaine d’employés à la veille de Noël.

« Ce fut excessivement difficile; je devais tout faire pour rappeler ces gens au travail, le plus rapidement possible »

Il appelle un à un ses fournisseurs et explique la situation. Certains choisissent de lui faire confiance. Ils auront raison, car trois mois plus tard, la production recommence.
L’entreprise reprenait son ascension.

Visionnaire et passionné, Martin voulait conquérir le Canada et les États-Unis.
En 2013, il se rend à l’évidence, il doit encore agrandir l’usine. Cette fois-ci, il ne veut pas d’un local en location, (trop souvent désuet pour ses besoins) mais d’une usine moderne bien à lui.
Il investit 4 millions pour la construction d’une usine dans le parc industriel de Saint-Jérôme.
Après plusieurs démarches et engagements, il voit son rêve se réaliser : Une grande usine de production de 45 000 pieds carrés sur un terrain de 140 000 pieds carré possédant une luxueuse salle de montre de 4800 pieds carré.

Encore une fois, le chemin vers la réussite est brutalement freiné puisque malgré l’avis de tous les architectes et spécialistes qui se sont penchés sur le dossier et qui en ont émis la conformité à la construction de l’édifice, des éléments sont jugés non conforme par la CSST et l’oblige à ralentir de façon considérable.

« C’était à peine 3 mois après la prise de possession de l’immeuble et le début des paiements. Dit–il en riant. Nous étions en mars et accumulions déjà 3 semaines de retard sur nos livraisons du mois de mai. »

La compagnie appelle chacun des clients leur expliquant la situation. Certains sont compréhensifs et d’autres annulent leur achat.

« On avait chaud ! Toute l’équipe a été extraordinaire; ils ont travaillés d’arrache-pied pour rattraper les délais et les ventes. »

Martin mentionne souvent que Prolite est une grande famille; autant ses clients que son personnel engagé et passionné. Il est fier de dire que l’équipe qu’il dirige comporte maintenant plus de 80 employés, et qu’il donne indirectement du travaille à plusieurs autres regroupements par ses concessionnaires à travers le Canada, les États-Unis ainsi que par ses fournisseurs, qui sont à 70% québécois.

« Nos fournisseurs sont à Saint-Jérôme, Granby, Oka et Blainville. L'acier, le bois, et les fenêtres sont tous d'ici. Seuls les appareils tels que les poêles et frigos, ainsi que la fibre de verre ne proviennent pas du Québec. »

Roulottes Prolite a le vent dans les voiles avec sa production annuelle de 600 unités.

« D’autres projets en vu, Martin? »

« Il y en a tout le temps, vous voulez pas être dans ma tête. »